09 77 19 99 39 contact@plf.events

Le 12 décembre 2016, nous avons concrétisé un projet de longue durée en partenariat avec Rhônexpress et l’École Presqu’île : « Perceptions ».

En septembre 2015, Rhônexpress avait fait appel à l’école afin de réaliser un totem lumineux pour la Fête des Lumières. En raison de l’annulation de cet événement, le montage n’avait pas eu lieu.

Grâce à Valérie Allègre de Rhônexpress qui soutenait cette création, celle-ci a pu être reportée à cette année et installée pour les fêtes de fin d’année, du 12 décembre jusqu’à fin janvier.

Nous avons été le prestataire technique de ce projet. Lors de la création de leur projet, Wanda Perdriolle, Camille Nodon et Léa Maurin ont fait appel à notre société pour s’occuper de la gestion technique du projet et de la location des écrans LED Outdoor.

Nous avons installé ce totem dans la nuit du 12 décembre à la gare Part Dieu Villette, au terminus du Rhônexpress.

Ce totem est composé de 17 dalles en pitch de 8 mm outdoor. Le mapping  des cercles a été réalisé par Julien Aubry qui a répondu à nos questions.

A quel moment es-tu intervenu dans le projet ?

Ça date ! En fouillant dans mes mails, mes premiers échanges avec Vincent à ce sujet datent du 28/10/2015 au moment où le projet a été signé avec PLF.

A ce stade, les élèves de l’école Presqu’île à savoir Camille, Wanda et Léa avaient déjà une vision globale du projet (Nombre de cadrans, disposition sur les deux faces ainsi qu’une idée sur les visuels à créer).

Quel a été ton rôle?

Mon rôle a été dans un premier temps de définir avec eux les limites de faisabilité  (certaines idées ou envies n’étaient pas forcément réalisables techniquement) et ainsi définir le cahier des charges de l’installation.

Une fois ce cahier des charges établi, il a fallu effectuer la mise en plan globale de l’installation, ainsi que des différents éléments de la structure à envoyer en fabrication. Il faut savoir que le « squelette » ainsi que les masques de chaque côté ont été réalisés sur mesure pour pouvoir s’adapter au mieux au totem existant.

Après cela, je suis passé sur la création des média en me basant sur les idées et les envies des élèves. J’ai pour cela effectué plusieurs propositions de visuels et un seul a été choisi. Nous l’avons peaufiné ensemble pour arriver au visuel final.

Et pour finir… avec la partie « créa », je me suis penché sur l’aspect technique à proprement dit, à savoir le système de diffusion vidéo ainsi que la création de l’anamorphose qui allait être utilisée pour réaliser ce mapping un peu « tordu » !!

Et enfin un an plus tard, l’installation sur site…

Quelles ont été les difficultés de l’installation?

Les difficultés ont surtout été au niveau de l’adaptabilité sur le totem existant. Car les deux pieds du totem sont fixes et non modifiable. La contrainte principale se situait au niveau de la conception : allier intégration sur site, praticité de montage et esthétisme.

Pour la mise en place, nous avions effectué un montage à « blanc » dans les locaux de PLF afin de ne pas avoir de surprise le jour J, le totem se trouvant sur un quai de tram accessible au voyageur, la mise en place a eu lieu de nuit, hors des horaires de circulation des trams. Seule la température (proche de zéro) est venue compliquer le montage.

Julien Aubry

Intermittent

Nous remercions Valérie Allègre pour ces explications sur le projet, et Julien Aubry pour l’interview.

Crédit photo : Wanda Perdriolle et Léa Nodon

 

822ae1f007054fce8f9d4dc40c17138dkkkkkkk